Des systèmes de santé solides et des financements durables sont essentiels pour atteindre l’objectif « zéro paludisme »

Un mois avant la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme insiste sur la nécessité de poursuivre les efforts vers l’élimination du paludisme durant la pandémie COVID-19

Genève, le 25 mars 2020 – Cette prochaine Journée mondiale de lutte contre le paludisme vient souligner l’importance de systèmes de santé et de surveillance solides et du maintien des interventions de prévention et de contrôle du paludisme alors que le monde est confronté à la pandémie COVID-19, afin de s’assurer que des millions de personnes parmi les plus vulnérables soient protégées du paludisme. La journée mondiale de sensibilisation vise aussi à mettre en lumière la nécessité de maintenir les progrès et les engagements pris dans la lutte mondiale pour éliminer le paludisme.

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme est observée le 25 avril de chaque année afin de sensibiliser le public au fardeau du paludisme, une maladie évitable et traitable qui met en danger la moitié de la planète et qui tue un enfant toutes les deux minutes. Organisée par le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, la Journée mondiale de lutte contre le paludisme vise à la fois à informer les citoyens des pays touchés par le paludisme des mesures simples de prévention, à mettre en évidence l’impact des financements investis en faveur de l’élimination du paludisme et à inciter les dirigeants communautaires, nationaux et mondiaux à garder l’élimination du paludisme au premier rang des préoccupations mondiales. En 2018, ces investissements ont permis de sauver près de 600 000 vies et d’éviter près de 100 millions de cas de paludisme par rapport aux niveaux de 2000.

Dans le contexte actuel de la pandémie de COVID-19, la Journée mondiale de lutte contre le paludisme appellera à accroître les investissements dans la mise en place et le soutien de systèmes de santé résilients, afin de conforter et de renforcer les progrès dans la lutte contre les maladies infectieuses existantes comme le paludisme, et d’être prêts à affronter efficacement de nouvelles épidémies comme celle de COVID-19.

Le Dr Abdourahmane Diallo, Directeur général du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, explique :

« La pandémie de COVID-19 avec laquelle le monde est aux prises nous rappelle l’importance capitale des systèmes de santé solides pour lutter contre les maladies infectieuses mortelles comme le paludisme, qui reste l’une des principales causes de mortalité infantile en Afrique. Des progrès dans la lutte contre le paludisme ne peuvent être réalisés qu’avec un accroissement des investissements, et la Journée mondiale de lutte contre le paludisme est une occasion cruciale de rappeler aux dirigeants mondiaux leurs engagements à mettre fin à cette maladie évitable et traitable. Nous devons combler le déficit de financement annuel de 2 milliards USD pour fournir à tous ceux qui sont exposés à la maladie les outils vitaux de lutte contre le paludisme dont ils ont besoin, et stimuler la recherche et le développement de nouveaux outils transformatifs pour mettre fin au cycle de l’extrême pauvreté. Cela permettra en outre de renforcer les efforts existants pour relever les défis de santé publique actuels comme le paludisme et les nouveaux défis comme la pandémie de COVID-19. »

Le thème de la Journée mondiale de cette année, « Zéro Palu ! Je m’engage », met en exergue le pouvoir et la responsabilité de chacun, où qu’il vive, de faire en sorte que personne ne meure d’une piqûre de moustiqueCe thème s’inspire du mouvement panafricain du même nom, qui vise à mobiliser les dirigeants politiques, le secteur privé, les communautés et l’ensemble des membres de la société, et à leur permettre de prendre des mesures qui protégeront leurs familles et contribueront à l’épanouissement des communautés et des pays. Déjà, 14 pays ont lancé des campagnes nationales « Zéro Palu ! Je m’engage », et plusieurs autres prévoient de le faire cette année, pour soutenir ce mouvement en pleine expansion.

La Journée mondiale de lutte contre le paludisme 2020 vise à souligner, reconnaître et redynamiser la mobilisation des pays africains fortement touchés, qui représentent environ 70 % de la charge mondiale du paludisme. Les messages transmis à cette occasion inciteront les décideurs politiques, le secteur privé, la société civile, la communauté académique et le grand public à s’approprier des efforts mondiaux de contrôle et d’élimination du paludisme.

L’événement mettra également en lumière les succès obtenus dans la réduction de la charge du paludisme dans le monde, notamment dans des pays comme l’Inde et dans la sous-région du Grand Mékong, qui ont fait des progrès significatifs ces dernières années, mais aussi dans les pays récemment certifiés « exempts de paludisme », ou qui sont en passe d’atteindre l’objectif d’élimination pour 2020 fixé dans la stratégie mondiale de lutte contre le paludisme.

Le paludisme devient de plus en plus une maladie de la pauvreté et de l’inégalité, les plus vulnérables étant les plus exposés au risque de mourir d’une piqûre de moustique – en particulier les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans en Afrique subsaharienne. En 2018, près de 900 000 enfants dans 38 pays africains sont nés avec un faible poids à la naissance dû au paludisme pendant la grossesse, et les enfants de moins de cinq ans représentaient encore les deux tiers du total des décès dus au paludisme dans le monde.

– FIN –

Contact

Pour organiser une interview ou en savoir plus sur le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme, veuillez contacter le service de presse du Partenariat RBM à l’adresse suivante : RBMPartnership@grayling.comou appeler le +44 (0) 20 3861 3747.

Pour en savoir plus sur la Journée mondiale de lutte contre le paludisme, veuillez consulter la page https://endmalaria.org/fr/journ%C3%A9e-mondiale-de-lutte-contre-le-paludisme

Le public dans le monde entier est invité à participer aux discussions sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags suivants : #WorldMalariaDay, #ZeroMalariaStartswithMe et #ZeroPalu.

À propos du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme

Le Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme est la plus grande plate-forme mondiale d’action coordonnée contre le paludisme. Initialement créé sous le nom de Partenariat Roll Back Malaria (RBM) en 1998, il mobilise les efforts pour l’action et les ressources et forge un consensus entre les partenaires. Le Partenariat rassemble plus de 500 partenaires, dont des pays impaludés, leurs partenaires bilatéraux et multilatéraux de développement, des acteurs du secteur privé, des organisations non gouvernementales, des organisations communautaires, des fondations, des instituts de recherche et des établissements d’enseignement supérieur. endmalaria.org

Facebook : @RBMPartnership

Twitter : @endmalaria