L’Isdell:Flowers Cross Border Malaria Initiative rassemble des gouvernements, des groupes religieux et des communautés en faveur de la campagne «?Zéro palu ! Je m’engage?»

Livingstone, Zambie – Les 28 février et 1er mars derniers, les partenaires de la lutte contre le paludisme se sont réunis à l’occasion de la Table ronde annuelle organisée par l’Isdell:Flowers Cross Border Malaria Initiative de la JC Flowers Foundation.

L’Isdell:Flowers Cross Border Malaria Initiative travaille en partenariat avec des gouvernements nationaux, l’Église anglicane, des ONG et des membres des communautés pour éliminer le paludisme le long des frontières communes de l’Angola, de la Namibie, de la Zambie et du Zimbabwe. En tant que membres de l’initiative «?Elimination 8?» de l’Afrique australe, ces pays se sont engagés à éliminer le paludisme dans la région d’ici 2030 en coordonnant des interventions entre leurs membres et en assurant la continuité du soutien des dirigeants politiques, du secteur privé et des communautés.

Concentrée sur l’engagement communautaire, la table ronde a mis en évidence le thème de la Journée mondiale du paludisme pour 2019, «?Zéro palu ! Je m’engage?», en reconnaissant que chaque personne, de l’évêque jusqu’à l’organisateur communautaire en passant par le chercheur et la mère de famille, joue un rôle clé dans l’élimination du paludisme.

M. Chitalu Chilufya, Ministre zambien de la Santé, a officiellement ouvert la table ronde en soulignant l’importance d’associer les communautés au processus d’élimination du paludisme. «?Nous ne parviendrons pas à assurer une couverture sanitaire universelle sans éliminer le paludisme?», a-t-il déclaré, «?et nous ne réussirons pas à éliminer le paludisme si nous ne travaillons pas efficacement avec la communauté.?»

La Zambie a toujours fait preuve d’innovation et de détermination dans la lutte contre le paludisme. Elle a été l’un des premiers pays à démontrer que le déploiement à grande échelle des outils de prévention était réalisable et pouvait avoir un impact considérable sur la maladie. Au cours des dernières années, la Zambie a mobilisé des volontaires communautaires pour mettre les services de dépistage et de traitement à la portée des populations rurales, en se fixant pour objectif ambitieux l’élimination du paludisme au niveau national d’ici 2021.

Le Docteur Richard Nchabi Kamwi, ambassadeur de l’initiative Elimination 8, membre du Conseil d’administration du Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme et ancien Ministre de la Santé de la Namibie, a mis en avant le rôle des organisations religieuses. «?La campagne « Zéro palu ! Je m’engage » ne sera pas facile?», a-t-il déclaré, «?mais avec l’église, avec les communautés, nous allons déterminer ce qui doit être fait. Nous voyons déjà des résultats.?»

En fin de semaine, la Zambie a lancé le Conseil pour en finir avec le paludisme, un groupe de ministres et de représentants de la société civile et du secteur privé qui vont œuvrer à la création d’une coalition multisectorielle pour soutenir les efforts de lutte contre le paludisme.